Cheminement(s), pas à pas avec les artistes plasticiens et visuels

0
247

Située au 26-28 rue Évariste de Parny à Saint-Paul, l’association Cheminement(s) promeut les arts plastiques et visuels et accompagne les artistes plasticiens et visuels. Sylvia Cascio, l’administratrice de cette structure nous en parle.

Comment est née l’association ?

Elle est née en août 2000. C’est parti d’un collectif d’artistes qui avait fait une manifestation à l’espace Jeumont (Saint-Denis) en 1999. Ils voulaient se retrouver régulièrement pour partager sur leur production et ont commencé à le faire à l’Éperon. De là est née la Nuit d’art de pleine lune, dont les quatre dernières éditions se sont tenues au Musée de Villèle avec un certain succès puisqu’on a pu compter jusqu’à 2500 visiteurs sur le site.

Quelles sont les missions de Cheminement(s) ?

Il y a la structuration et la professionnalisation des artistes plasticiens et visuels et la médiation culturelle pour faire connaître l’art contemporain au plus grand nombre.

Comment accompagne-t-on des artistes en voie de professionnalisation ?

Il faut leur expliquer leur statut fiscal et social, les aider à mieux comprendre leurs droits et leurs devoirs, leur apprendre la gestion… Nous proposons des permanences conseils aux artistes. On peut y aborder l’administratif, le rédactionnel, la communication, la comptabilité  et le juridique. Ce sont des rendez-vous individuels qui durent entre 1 heure et 1 heure et demi et que les artistes peuvent solliciter par mail à rf.ev1573804351il@st1573804351nemen1573804351imehc1573804351

Des ponts avec l’hexagone et l’international

Vous envisagez d’utiliser le numérique au service des artistes, comment cela va se traduire ?

On réfléchit à un outil en ligne pour donner des informations pratiques. On va partir de ce qui existe déjà. On va vérifier les infos, être sûre qu’elles soient justes et accessibles  et voir s’il ne faut pas l’adapter au territoire.

Avec LERKA (l’Espace de Recherche et de Création en Arts Actuels), vous organisez le FIAV (Forum interprofessionnel des arts visuels), quel est le but de cet évènement ? C’est de fournir des informations aux artistes et aux structures. Il y a des mini-conférences et des ateliers pratiques pour l’aspect formation. On offre aussi un espace d’échanges interprofessionnels. Et puis, on a ajouté une autre dimension en faisant venir des intervenants externes  une façon de raccourcir la distance avec la métropole et les pays de la zone océan Indien pour que des échanges puissent se faire à l’avenir.

Comment se porte l’art visuel à La Réunion ?

Il y a une création foisonnante et de qualité et c’est un secteur qui se professionnalise de plus en plus, qui se solidarise. Il y a des ponts qui se créent avec l’hexagone et l’international, si on continue sur cette lancée, ça ne peut que décoller. Il y a des dispositifs de plus en plus pertinents qui existent et la Région va mettre en place le Schéma d’orientation pour le développement des arts visuels (SODAVI) à la fin de l’année.

© Crédits photo : Pierre MARCHAL

Commentaires

Publicité