Démos 1, 2, 3 : un jeu d’enfant pas si simple

0
71

Éveil aux rythmes et aux sons, partitions simplifiées, travail en atelier puis en orchestre : reposant sur une méthode pédagogique particulière, Démos agit sur les enfants comme un déclic.

« Il y a de la magie dans leurs yeux lorsqu’ils ouvrent pour la première fois l’étui renfermant leur instrument de musique ! C’est quelque chose qu’ils croyaient réservé à une élite. » Professeur de violon et d’alto, Vanessa Menneret intervient sur trois des ateliers cordes (La Montagne, Camélia, Sainte-Suzanne). Elle est aussi la référente pédagogique du projet Démos. Démos repose en effet sur une pédagogie spécifique, qui rend l’enseignement musical accessible à des enfants sans contact avec la musique.

« C’est une pédagogie qui s’adapte à la diversité des terrains et des enfants. La méthode Démos aborde la musique de manière collective, en ateliers et en orchestre, avec le soutien d’intervenants sociaux qui favorisent la cohésion du groupe, et font au besoin le lien avec les familles. » Cette pédagogie se déploie sur trois ans. La première année accorde une large place à l’oralité. L’introduction à la musique se fait en effet par le chant et la danse. « On s’amuse avec les rythmes, notamment en jouant au body clapping. Les enfants apprennent à ressentir la pulsation musicale. Nous démarrons ensuite la partie instrumentale. Au départ, il s’agit de mimétisme, les enfants mémorisent les sons et les gestes qui leur correspondent. D’où l’importance de ce travail initial sur la danse et le chant pour la maîtrise des gestes. »

Démos se démarque de l’enseignement musical conventionnel par sa méthode, par son public – des enfants issus de milieux sociaux défavorisés – et par son organisation. Les professeurs de musique interviennent en atelier en même temps, à deux, voire trois, selon le nombre d’instruments à étudier : violon, alto et violoncelle dans les ateliers cordes ; flûte, clarinette, trompette, trombone, euphonium dans les ateliers bois et cuivres. La plupart des ateliers disposent de locaux adaptés, disposant de pièces séparées, mais ce n’est pas toujours le cas, ce qui complique parfois les choses.

Néanmoins, « dès l’instant où ils sont captivés, les enfants apprennent très vite, constate Vanessa Menneret. Mais il faut capter leur attention en permanence. Ils sont 15 par groupe. Cela demande d’être très acteur, nous ne sommes pas seulement dans la transmission de la musique, nous devons être très présents physiquement, humainement, auprès des enfants. » L’intervenant social apporte, lui, un complément stabilisateur en cas de difficulté ou d’absence répétée d’un enfant.

Partitions simplifiées

La caractéristique principale de Démos est d’être un projet orchestral. Tout l’enseignement de groupe repose sur cette finalité. Le groupe développe la bienveillance. Les enfants se stimulent entre eux, ceux qui avancent le plus vite aident les autres. « Ce qui est important, c’est cet esprit de groupe. Les enfants savent qu’ils composent un orchestre, qu’ils ont une responsabilité les uns envers les autres. » Des jeux en atelier développent des automatismes, des réflexes. Les enfants acquièrent ainsi une méthode qu’ils peuvent exploiter à la maison pour s’entraîner.

La lecture des partitions a lieu durant la deuxième année : code, notes, rythmes, nuances. Chaque groupe instrumental a la sienne. Ces partitions simplifiées sont conçues par des arrangeurs spécialisés de la Philharmonie de Paris. La deuxième année développe la cohésion orchestrale jusqu’à la troisième année, dite de l’émancipation. Plus autonomes, les enfants sont capables d’improviser, de composer à partir des sons et des rythmes étudiés.

« La grosse année » rappellent les professeurs, car elle s’achèvera par un concert à la Philharmonie de Paris, qui témoignera du travail de ces trois années. Il y a donc un enjeu pour les professeurs. Ils font aussi partie de l’orchestre : ils interprètent les parties trop difficiles à exécuter pour les enfants. Démos est un orchestre d’enfants et d’adultes unis par la musique. C’est cela aussi qui fait la beauté et l’efficacité de la pédagogie Démos.

© Crédits photo : Jean Noël ENILORAC

Comment fonctionne Démos ?

La rentrée aussi pour l’orchestre Démos

Commentaires

Publicité