Histoire de lieu : Saint-Louis

0
96

Saint-Louis est l’une des premières villes créées à La Réunion. Dès 1646, les colons découvrent les terres de l’Etang du Gol. Ses armoiries révèlent bien l’ancienneté de la commune. Il s’agit du symbole de la monarchie française, les fleurs de lys auxquelles s’ajoute une nef sous voiles. Au moment de la compagnie des Indes, Saint-Louis fait partie des premières zones de peuplement par les colons.

 

L’histoire de Saint-Louis est riche de son passé agricole autour de la culture du café Moka. Celle-ci est initiée dès le début du XVIIIe siècle par le directeur du commerce à Bourbon, Desforges Boucher. Il reçoit de la compagnie des Indes la mission de favoriser l’implantation du café dans l’île. Il offre ainsi, argent et concessions gratuites à qui veut bien se lancer. Interviens alors une vague d’émigration vers l’Etang du Gol et la Rivière d’abord. En 1726 Saint-Louis est officiellement crée en hommage au roi Louis XV qui règne alors sur le royaume de France et sur ses colonies.

En 1747, un château serait sorti de terre au Gol à l’initiative du fils de Desforges Boucher. Toutefois aujourd’hui aucune trace d’une telle demeure n’existe. En revanche, une première église voit rapidement le jour dans la nouvelle ville. Une ville qui deviendra commune en 1815 après la période révolutionnaire. Un certain Monsieur de La Gironde en devient le maire. Les Avirons et Saint-Louis font alors partie de la même commune jusqu’en 1894. Au XIXe siècle, les plantations de café laissent leur place à la canne. Elle grignote peu à peu du terrain sur la commune. Une nouvelle culture possible grâce à la captation de l’eau du bras de Cilaos. Des travaux fastidieux afin de pouvoir irriguer les zones sucrières. Ainsi le Gol rassemble à la fin du XIXe siècle plusieurs usines pour le traitement de la canne à sucre. Le 19 juin 1882, la livraison d’une ligne de chemin de fer liant la commune à Saint-Pierre permet de dynamiser la région.

Saint-Louis bénéficie d’une certaine prospérité durant l’entre-deux-guerres, période faste, mais de courte durée. Dès 1945, la ville du sud de l’île plonge dans une profonde misère. La population vit dans des conditions dramatiques jusqu’au début des années 1960, qui marquent le début de l’application des mesures de la départementalisation de 1946. Les infrastructures scolaires et hospitalières se développent ainsi, et les logements sociaux viennent remplacer les bidonvilles. En 1965, Saint-Louis et Cilaos sont divisées en deux communes distinctes, traçant ainsi les limites actuelles de Saint-Louis. Des frontières remisent en questions ces dernières années avec la volonté de créer la commune de la Rivière Saint-Louis. Alors une 25e commune à La Réunion ? L’avenir nous le dira. Aujourd’hui, la ville de Saint-Louis compte presque 55 000 habitants.

Commentaires

Publicité