Jean Rassiga se livre : « La Réunion m’inspire, 24h sur 24, de janvier à décembre »

0
150

Auteur-compositeur reconnu sur la scène locale, Jean Rassiga se produit depuis plus d’une trentaine d’années aux quatre coins de l’île. Alors que son deuxième album « Serre-moi » vient de paraître, ce passionné revient pour Lotrinfo, le temps d’un déjeuner, sur ses inspirations en tant que musicien mais également en tant qu’homme.

 

Comment avez-vous débuté votre carrière ?

« Originaire de Paris où j’ai fait une école de musique moderne, je suis venu m’installer à la Réunion en 1985 à 24 ans. Arrivé ici, je rencontre le groupe de hardrock Alliance qui cherchait un clavier. C’est comme ça que je me suis mis au clavier avant que ça ne dure plusieurs années. Avec d’anciens membres du groupe Alliance nous formons Rapidos en 1993 et sortons trois albums ensemble. Nous avons été sélectionnés pour les Printemps de Bourges ensemble et nous avons fait plusieurs premières parties dont celles d’Alain Bashung ou de FFF. En parallèle, j’accompagnais Hubert Hess au clavier, une superbe période, si demain il appelait pour refaire un ou deux concerts, nous recommencerions tous sans hésiter ! »

Vous chantez désormais votre propre musique avec votre groupe Rassiga, comment est né celui-ci ?

« J’ai été ensuite sollicité par Ziskakan au clavier, à la base c’était pour trois concerts et j’y suis resté six ans. J’ai enregistré l’album Banjara avec eux par la suite en 2006. J’avais décidé par la suite de monter mon propre groupe mais entre-temps j’ai reçu le coup de fil d’un ami qui cherchait un bassiste et je l’ai suivi dans un groupe de reprises qui s’appelait Replay, une aventure qui a duré 5 ans. J’ai ensuite rejoint un autre ami dans le groupe Ulicoys pendant un an encore en tant que bassiste. Mais l’envie de faire mes propres chansons était trop forte, c’est pour ça que j’ai monté Rassiga en 2012. Des délais qui ont été rallongé suite à des événements de ma vie privée avant que je ne sorte mon premier album en 2014. »

Comment définissez-vous votre musique ?

« J’ai du mal à définir ma musique, c’est aux autres de le faire. Mais dans le style, je dirais que ce sont des notes d’amour avec un rythme un peu rock. C’est de la pop rock de la Réunion. Ma musique, ma culture musicale, c’est ce qui sort de mon inspiration. Il y a des personnes qui vont composer du blues, d’autres vont bat’ un ti séga tout de suite et moi c’est de la pop rock, c’est mon rythme ! »

Ce n’est pas commun de jouer de la Pop Rock à la Réunion ?

« On ne peut pas se forcer à faire du reggae ou du maloya, j’en ai déjà fait, mais aujourd’hui ce qui me vient c’est de la pop rock et c’est dommage que les chaînes et radios locales ne s’y intéressent peu. Ce qu’il faut comprendre c’est que ce qui m’inspire de janvier à décembre, du matin au soir, c’est la Réunion. Si ma musique est composée ici, c’est qu’elle vient de la Réunion, pas de Paris ou New York. »

Parlez-nous de votre dernier album appelé « Serre-moi » ?

« Cet album est plus rock que le premier. Moins de variétés mais plus rock dans les sons. Le texte parle toujours de la vie d’un homme. J’ai une chanson qui est dédiée à mon fils que j’ai perdu. C’est l’inspiration qui me vient, peut être qu’un jour ma musique parlera d’autres choses. J’ai un ami qui m’aide à écrire en la personne de Frédéric Sario. On travaille beaucoup ensemble, il m’aide à mettre des mots sur mes mélodies. Sa contribution est toujours très importante et peut changer le sens d’une chanson. »

Qui sont vos inspirations ?

« Ce sont souvent des artistes qui m’inspirent. Un mec comme Alain Souchon va m’inspirer énormément à sa manière d’aborder les textes. J’aime la carrière de Jean-Louis Aubert, j’ai un respect sans failles pour les Beatles. J’aime Coldplay, j’adore aussi U2 que je suis allé voir en concert récemment. »

Quel est votre plus beau souvenir en tant que musicien ?

« Mon plus beau souvenir ? L’un de ceux qui m’a marqué, c’est quand nous avons gagné la phase locale des Printemps de Bourges avec mes amis de Rapidos. C’est vraiment un super souvenir d’avoir vécu ça ensemble. Un autre super souvenir reste la première partie d’Alain Bashung au théâtre de Saint-Gilles, d’avoir pu côtoyer ce mec pendant plusieurs jours, c’était juste génial même s’il ne parlait presque pas. On a vécu des moments forts aussi avec Ziskakan, nos concerts à la Ravine Saint-Leu, notre déplacement à Berlin ou à Cape Town. »

Qu’est-ce qui vous plaît tant dans la musique ?

« Quand je joue, c’est le seul moment où je ne pense à rien d’autre qu’à ce que je suis en train de faire. Si je joue pendant deux heures, je n’ai pensé à rien d’autre qu’aux accords et à la partition. J’adore monter sur scène aussi, c’est le plaisir de la musique. Je peux avoir l’air un peu sévère et fermé mais pas du tout. Je suis même un peu timide mais ça me passe dès que je monte sur scène. J’aime rencontrer des nouveaux artistes, échanger, je me souviens avec Ziskakan quand on a rencontré Laurent Voulzy, on a refait le monde avant d’improviser un petit morceau ensemble. J’aime la musique pour tout ce que ça véhicule, pour ses rencontres, pour ses moments. »

Biographie : Rassiga, la vie d’un homme racontée aux couleurs pop rock

Auteur-compositeur reconnu sur la scène locale, Jean Rassiga se produit depuis 
plus d’une trentaine d’années aux quatre coins de l’île. Co-auteur et 
co-compositeur au sein du groupe Alliance en 1987, il a participé également au 
premier album d’Éric Fruteau. En parallèle, il accompagnera quelques artistes et 
groupes locaux dont Hubert Hess, Joël Manglou, Replay, Ulicoys, Pascal Mangloo, 
Teddy Iafare... en tant que clavier et choeur. Après l'enregistrement de deux 
albums et Vainqueur du concours Découverte du Printemps de Bourges pour l’Océan
Indien avec le groupe Rapidos en 1994, il rejoindra le Groupe Ziskakan de 2002 à
2007 avec qui il enregistre l’album Banjara. C’est en 2009, fort de toutes ses 
collaborations, que ce passionné prendra la décision d’exprimer sa propre musique
dans un style pop rock avec en ligne de mire la réalisation de son premier album. 
C’est comme ça que naîtra en 2014 « Le Pouvoir de l’Ange » baptisé ainsi en 
hommage à son fils. Amoureux de son île, Rassiga se laisse porter par ses 
inspirations au quotidien pour écrire sa musique. Son nouvel album appelé 
« Serre moi » enregistré et mixé à la Réunion continue de conter la vie d’un 
homme et parle d’amour autour de sonorités rocks.
© Crédits photo : Jean-Bernard HILARIC

Commentaires

Publicité