Luciano Mabrouck : « Le manager doit aider l’artiste à élargir son champ de vision »

0
144

En plus d’être musicien, auteur, compositeur et interprète, Luciano Mabrouck, leader du groupe de reggae Kom Zot, porte aussi les casquettes de producteur et manager d’artistes au sein de son label MaronRprod. Il accompagne notamment la chanteuse Klowdy, le groupe Simangavole, l’humoriste Didier Mangaye…

Luciano Mabrouck n’a pas suivi d’études pour être manager artistique, il a appris ce qu’il sait sur le tas et c’est parce qu’il a lui-même essuyé les plâtres dans Kom Zot qu’il se permet d’aider ceux qui se lancent dans la musique. « Pour moi, être manager, c’est gérer les projets de l’artiste, réfléchir avec lui à un plan de carrière et mettre les choses en place pour qu’il puisse se consacrer pleinement à son travail artistique.»

Il ajoute : «  Le manager doit aider l’artiste à élargir son champ de vision. » Mais Luciano Mabrouck ne cherche pas à imposer son point de vue pour autant. Homme de dialogue, il respecte ses artistes et sait qu’il n’est pas constructif de les forcer à faire ce qui ne leur inspire pas confiance.
Le patron de MaronRprod apprend beaucoup du terrain, mais a aussi bénéficié du savoir de Serge Trouillet, le fondateur du Prix Musiques Océan Indien, en matière de management artistique. Il n’a pas hésité non plus à s’inscrire en anglais à l’Université pour parfaire la langue de Shakespeare afin de pouvoir mieux négocier les contrats de ses artistes sur les marchés de la musique. « Avec Simangavole, je me suis très vite retrouvé face à un public anglophone, il fallait pouvoir se débrouiller ».
« J’avais un rôle de grand frère. »

Plus jeune Luciano Mabrouck n’imaginait pas qu’il s’occuperait un jour d’artistes. Le marmaille du Chaudron rêvait plutôt d’être footballeur. Mais les années ont passé et par la force des choses, le fondateur du groupe de reggae Kom Zot est devenu aussi manager artistique et producteur de musique.

En 2004, Mediacom agency souhaite que Kom Zot sorte un nouvel album pour reprogrammer une tournée. Il compte alors trois albums à son actif. « Rebel kabare », « Pelerinaz » et « Sweet » ont été produits par Discorama, mais le label ne veut pas les suivre pour un quatrième opus. Les musiciens de Kom Zot ne se laissent pas abattre pour autant, ils décident de monter leur propre label MaronRprod et produisent Jean-Louis Léon, un de leurs choristes.

En 2005, avec la sortie de « Kom zot family », les reggaemen collaborent avec des artistes qui s’inscrivent dans d’autres genres musicaux qu’eux. Suite à cela, Luciano Mabrouck va accompagner certains de ces musiciens. Il produit ainsi Kaf Malbar sur scène. « J’avais ce rôle de grand frère qui apporte son expérience. J’ai commencé à le suivre en 2007. En 2008, il jouait à guichet fermé au Théâtre plein air de Saint-Gilles. »

Internet à contribution

Suite au « Kom zot family », il va aussi manager la carrière de Davy Sicard de 2012 à 2018. Il se souvient notamment de deux événements qu’ils ont mis en place ensemble. Il y a eu le concert dans le noir, mais aussi le « Dimifé », un concert avec des chansons à la demande. « On avait créé un site pour que les fans de Davy puissent voter pour les morceaux qu’ils voudraient entendre sur scène. Luciano Mabrouck l’a notamment incité à être sur les réseaux sociaux.

Il essaie de faire de même avec Didier Mangaye. Il a d’ailleurs misé avec succès sur une page Facebook pour préparer le retour de l’humoriste sur les scènes réunionnaises. Le Théâtre plein air de Saint-Gilles affichait complet. Une belle réussite !

 

© Crédits photo : Pierre MARCHAL

Commentaires

Publicité