Le Tour du Piton des Neiges élu sentier préféré des Français

0
521

En pleine crise des gilets jaunes, l’information est quasiment passée inaperçue. Elle méritait pourtant de faire la Une des médias : les sentiers de randonnées de La Réunion ont été, une nouvelle fois, consacrés au niveau national.

À l’issue de trois semaines de vote (du 1er au 22 novembre) sur le site MonGR.fr, le sentier de randonnée GR R1 qui ceinture le Piton des Neiges a été sacré « GR préféré des Français 2019 ». Un plébiscite et un rayonnement national pour cet itinéraire de Grande Randonnée bien connu des Réunionnais et des marcheurs. Les GR 400 Volcan du Cantal et GR 800 Vallée de la Somme complètent le podium à l’issue du concours organisé par la Fédération Française de Randonnée Pédestre.

Huit itinéraires étaient en lice pour ce titre honorifique, et succéder au GR 34, célèbre sentier littoral dit « chemin des douaniers » qui part de Vitré (Ille-et-Vilaine) pour se terminer à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) :

  • Le GR 2 : au fil de la Seine, de Paris à Giverny (75 – 27) ;
  • Le GR 10 : la grande traversée des Pyrénées dans les Hautes-Pyrénées (65) ;
  • Le GR 400 : tour des volcans du Cantal dans le Cantal (15) ;
  • Le GR 654 : Saint-Jacques-de-Compostelle via Vézelay en Dordogne (24) ;
  • Le GR 800 : vallée de la Somme dans la Somme (80) ;
  • Le GR de Pays Tour du bassin d’Arcachon en Gironde (33) ;
  • Le GR R1 : tour du piton des Neiges à La Réunion (974) ;
  • Le GR Tour du Mont-Blanc en Haute-Savoie (74).

Après un démarrage au coude-à-coude, le sentier réunionnais, premier territoire ultramarin à participer à ce concours, sortait gagnant avec un total de 32% des 47 000 votes issus de tous les départements français. Le travail de mobilisation des acteurs locaux et notamment de l’IRT (Office régional du Tourisme) n’aura pas été vain. Car derrière les clics, il y a une couverture médiatique, une visibilité touristique avec de nombreuses retombées à la clé.

Sur le site de La Fédération, le président de l’antenne de La Réunion, M. Max Hébert, se dit « ravi » de cette reconnaissance. « La compétition n’a pas été facile car les autres GR sont tous magnifiques ! Je n‘ai pas encore fait le Tour du Mont-Blanc mais j’ai eu l’occasion de parcourir certains d’entre eux, dont le fameux GR 10 qui m’a laissé un formidable souvenir. J’espère que l’élection du GR R1 apportera encore plus de notoriété à l’Île de la Réunion, paradis de la randonnée».

L’espoir d’un regain de notoriété

La Fédération Française de la Randonnée Pédestre et ses partenaire GRT Gaz & France Bleu, ont remis le trophée à Monsieur Stéphane Fouassin, président de Réunion Tourisme et maire de Salazie. La cérémonie s’est tenue lors du dernier salon des Maires à Paris, avant une cérémonie plus officielle qui devrait avoir lieu à La Réunion en janvier 2019. L’île compte bien en faire un point d’orgue de sa stratégie de reconquête des esprits en 2019. On estime que plus d’un million de randonneurs amateurs et confirmés arpentent déjà les sentiers de notre île chaque année. La randonnée est la première activité de loisirs dans l’île. Quelque 60% des touristes venant dans l’île s’adonnent à ce loisir et en moyenne, un randonneur dépense 60 euros par jour lors de son périple.

Considérée par ceux qui l’ont pratiquée comme le royaume des randonneurs, l’île de la Réunion compte en effet plus de 1 000 km de sentiers de randonnée. Avec plus du tiers de sa surface encore occupée par des milieux naturels d’origine, elle abrite aussi de très nombreuses espèces endémiques, c’est-à-dire n’existant que sur son territoire.

Pour ceux qui l’ignorent encore, le sentier de Grande Randonnée de la Réunion n°1 (GR R1), long d’une soixantaine de kilomètres, a été inauguré en 1979. Il ceinture le Piton des Neiges, plus haut sommet de l’océan Indien (3 071 m), volcan à l’origine de l’île et éteint depuis maintenant longtemps. Le sentier court sur un terrain accidenté, fait essentiellement de montées et descentes, parfois rudes. Il offre l’opportunité de découvrir les trois cirques de Salazie, Cilaos et Mafate à travers une palette de paysages grandioses : Bélouve, Cap Anglais, Piton des Neiges, Matarum, Col du Taïbit, Trois Roches (variante), Plaine des Tamarins, Grand Sable, …

Et ceux qui voudraient aller plus loin dans l’expérience pédestre pourront s’essayer aux 2 autres GR Réunionnais : la mythique traversée de la Réunion par le GR R2 (de Saint-Philippe à Saint-Denis), dont la Diagonale des Fous suit en partie le tracé, et le GR R3 (Tour du Cirque de Mafate).

L’Unesco a inscrit, en 2010, les Pitons, cirques et remparts réunionnais sur la liste des biens naturels du Patrimoine mondial, en raison de leur valeur universelle exceptionnelle. Le Piton des Neiges a ainsi vu son héritage naturel doublement protégé, puisqu’il fait également partie du Parc national de La Réunion qui couvre plus de 100 000 hectares. Créé en 2007, il a pour vocation de protéger et de valoriser un patrimoine unique : de très nombreuses espèces d’animaux, d’insectes et de plantes existent dans cette région.

Grâce aux efforts de tous, l’exceptionnelle beauté mais aussi la fragilité de la biodiversité réunionnaise sont mises en lumière. On connaît mieux certaines espèces menacées pourtant difficiles à observer, tels deux grands oiseaux marins : le pétrel de barau et le pétrel noir. Ou d’autres spécimens endémiques : le tuit-tuit, oiseau en voie de disparition ; l’oiseau lunettes vert ou zoizo vert ; le papangue, seul rapace de l’île ; les papillons phorbanta et salamis augustina (la salamide d’Augustine) qui sont en danger ; ou le lézard vert des “hauts” de l’île.

Un chef-d’œuvre en péril en raison des contraintes administratives

Au-delà de ces cartes postales se cache toutefois une réalité plus complexe : la lourdeur administrative de gestion de ces espaces. Ainsi, 5 des 6 étapes du GR R1 font partie de la forêt départemento-domaniale, donc sous le contrôle du Conseil Départemental qui a confié l’entretien à l’ONF. Seule la 6ème étape, du Bélier à Hell-Bourg, se trouve en grande partie sur la commune de Salazie. Par conséquent, l’ONF gère 90% du tracé du GR R1, les 10% restant sont entretenus par la commune de Salazie.

Le Conseil Départemental de La Réunion est un acteur majeur de la protection et de la valorisation de la biodiversité réunionnaise. En effet, 95% des Espaces Naturels Sensibles (ENS) de notre île appartiennent à la collectivité. Mais le Conseil Départemental a confié la gestion du domaine forestier départemento-domanial (92 000 hectares, soit environ 40%, de la surface de l’île) à l’Office National des Forêts. L’ONF s’occupe de l’entretien quotidien, de l’aménagement et de l’équipement des sites et itinéraires forestiers, dont presque 1 000 km de sentiers et de pistes qui sillonnent les forêts réunionnaises.

Parallèlement, le Parc national des Hauts peine à trouver sa place dans le paysage institutionnel malgré plus de 10 ans d’existence. Une mission d’évaluation réalisée en 2016 a « constaté une ambiguïté, voire une méconnaissance, de la place et des missions de l’établissement Parc national dans le paysage institutionnel réunionnais ». Une place contestée par la Région Réunion et de nombreux élus locaux qui souhaiteraient voir le Parc national disparaître au profit d’un Parc régional moins protecteur afin de « libérer la terre réunionnaise » et de permettre le développement de projets touristiques au cœur de l’île.

Le GRR R1, Tour du Piton des Neiges en bref.

Créé en 1979, l’aîné des grands itinéraires réunionnais demeure un incontournable pour qui veut découvrir le cœur de l’Île de la Réunion. Au fil du chemin, trois cirques nés de l’effondrement du massif piton des Neiges – Cilaos, Salazie, Mafate – dévoilent leurs beautés cachées derrière des remparts uniques au monde et classés patrimoine mondial de l’Unesco… Cet itinéraire en boucle se réalise en une soixantaine de kilomètres et six étapes de 5 à 8 heures.

Plus d’infos sur : http://comite-randonnee-lareunion.re

© Crédits photo : Pierre MARCHAL

Commentaires

Publicité