R(h)umeur 3949 : gestion de liste

0
49

Dépassés par l’incohérence du système auxquels ils appartiennent, chômeurs et conseillers Pôle emploi sont les cibles privilégiées des actifs bienpensants.

Une machine à broyer

Ne l’oublie jamais : c’est M. Sarkozy, et lui seul, qui a orchestré, à marche forcée, la fusion de l’ex-ANPE et de l’ex-Assedic. Avec l’appui de l’improbable Wauquiez dans le rôle du caporal aussi modèle que zélé, le mari de Mme Bruni a fabriqué une vaste machine à broyer du chômeur, le but du jeu n’étant pas de trouver du travail (il n’y en avait pas) ni de former (les caisses étaient vides) des demandeurs mais de les éjecter des statistiques. En interne, on appelle ça la GL (gestion de la liste).

Après le compagnon de Mme Gayet, un nom réunionnais si on change la capitale initiale, M. Macron avait promis, lors de son arrivée à l’Elysée Palace, un nouveau monde aux damnés du 3949. Que nenni mon foie. Ces feignasses de chômeurs passent aujourd’hui toujours plus de temps à résoudre leurs tracas administratifs, délibérément entretenus par un système global supposé les accompagner dans leurs démarches, qu’à chercher du travail.

En interne, on appelle ça la gestion de la liste

Quant au personnel du Pôle, il se partage entre décontenance, indifférence, déprime ou excès de zèle. Après l’amalgame chômeur/assisté, voici venu le temps de son cousin conseiller/incapable.

Les raccourcis, très prisés des discours bien-pensants, sont, on le sait par expérience, hautement toxiques. Si le personnel de Pôle emploi et les usagers (clients dit-on désormais en interne) unissaient leurs efforts pour combattre le mal à la racine, la situation pourrait changer.

La balle serait alors dans le camp des décideurs politiques et économiques. Sans oublier nos merveilleux syndicalistes, ceux-là même qui ferment les yeux devant les victimes quotidiennes du système orwellien du service public de l’emploi.

Commentaires

Publicité