Escapade bio à la ferme Sliti

0
278

Au vu de l’actualité de notre île, c’est vrai qu’il a fallu repenser notre façon de consommer, ou au moins nous réorganiser pour remplir nos placards. Ces derniers jours, nombreux étaient les exploitants à proposer aux acheteurs de venir directement sur site ou d’improviser leur marché sur des points de vente insolites comme les rond-points ou stations service … Et si c’était justement le bon moment pour changer nos habitudes de consommation ? Passer par les circuits courts ? Connaître les petits producteurs proches de chez nous ?

Lotrinfo est parti à la découverte de la ferme Sliti sur les pentes du Maïdo, dans les Hauts de Bois-de-Nèfles Saint-Paul, vers 1000 mètres d’altitude. La ferme Sliti est avant tout une exploitation familiale gérée par Martine et Mongi Sliti depuis près de 20 ans. L’aventure bio est arrivée par la suite, avec une certification en 2008. Ils étaient producteurs de fraise mais bien incapable de consommer le fruit de leurs récoltes à cause de la quantité invraisemblable de produits chimiques utilisés.

Les Sliti proposent donc un choix varié de primeurs : aubergines, salades, poireaux, navets, tomates, carottes, pommes de terre, courgettes, citrouilles, papayes, choux, brèdes, chouchous, fraises, bananes, grenadelles, thym, persil, ciboulette, café mais aussi des œufs pondus à la ferme, et pour compléter l’offre, d’autres produits négociés avec d’autres confrères producteurs de bio. Si la ferme Sliti n’est pas connue de tous pour ses fruits et légumes, le plus gros de la production concerne le café, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du précieux bourbon pointu. Cette variété, l’une des plus prisées au monde, est obtenue à partir d’une mutation du caféier d’Arabie décrite dès 1711 par Monsieur d’Hardancourt, secrétaire de la compagnie des Indes, en mission à la Réunion. Longtemps presque disparue, la culture de cette variété est aujourd’hui relancée sur l’île, dans une démarche de production haut de gamme. Conique et résistant à la sécheresse, le caféier se caractérise par des cerises pointues, de taille moyenne, tout comme ses grains, allongés et également en pointe. Son café se distingue par une bonne acidité, une faible amertume, sa douceur en bouche, mais surtout son faible taux de caféine. Si vous êtes à la recherche d’une activité ludique et pédagogique à vivre en famille, Martine se fera un plaisir de vous recevoir pour découvrir l’exploitation, et vous faire déguster une bonne tasse de cet or noir, en vous racontant toute son histoire.

« Le bio, un véritable engagement »

Pour Mongi, le bio est un véritable engagement qui demande « beaucoup plus de travail manuel, qui génère beaucoup plus de pertes que l’agriculture classique, avec par exemple 40 à 60 % par année au niveau du café. » Ce travail supplémentaire, ainsi que l’utilisation de machines comme les débroussailleuses ou tondeuses à essence justifient le prix plus élevé des produits biologiques.

La clientèle est fidèle et revient le vendredi et le samedi au marché forain de Saint-Paul, où chacun peut prendre le café au petit bar du père de famille. Un endroit connu des amateurs où l’on trouve également du jus de canne fraîchement pressée. Parmi ses fidèles consommateurs, Lotrinfo a rencontré Céline Mas, de La Possession, qui y a ses habitudes depuis 10 ans. Chaque samedi, elle se rend sur le stand des Sliti et repart avec un panier de 25 à 50 € avec un peu de tout. Le déclic du bio, elle l’a eu par rapport à son premier enfant : « J’avais envie de lui donner de bonnes choses à manger. Je lui ai préparé ses premières purées avec des légumes bio.» Elle trouve également qu’au niveau du goût, on ressent moins l’eau qu’avec les légumes d’importation. Et quand elle n’achète pas chez les Sliti, c’est toujours auprès de petits producteurs bio ou agriculture raisonnée. Peut-être un exemple à suivre.

Infos et réservations : https://www.facebook.com/FermeSliti/

© Crédits photo : Auriana Annonay

Commentaires

Publicité