La voisinnerie au Port : des voisins vraiment pas comme les autres

0
1552

Le « faire entre voisins » est vraiment ce qu’il y a de plus important pour elle. Soraya Araux insiste : la réussite de la voisinerie au cœur de la ZUP du Port, c’est la réussite de ces voisins de toutes les cultures qui portent une vraie communauté de vie dans les immeubles du quartier, « du plus petit à la mamie et au papy dans toutes les familles… »

Au pied des immeubles de la ZUP au Port, les enfants arrosent eux-mêmes les salades et citrouilles du jardin collectif. Sur les étagères de la boutique Ker métissé on trouve les bocaux de piment d’un habitant. Aqua Nord à Saint-Denis, le sud Sauvage ou Cilaos, les voisins font le tour du monde ensemble. Les appareils électroménagers sont réparés dans l’atelier commun. Cadeaux et décorations de Noël se font maison, et avant les enfants sont allés voir le sapin dans la forêt avec les explications de l’agent de l’ONF.

Le calendrier est bien rempli. Les anniversaires des plus anciens ne sont pas oubliés autour d’un gâteau et avec la grande famille du quartier. Les parents, eux, ont travaillé sur le logiciel d’aide aux devoirs au cours d’une sortie dont petits et grands ont profité au village Corail à la Saline. Un collégien ou un lycéen à la recherche d’un stage dans une entreprise ? Au sein de cette communauté de voisins sans doute unique dans l’île, on se met en quatre pour aider les uns et les autres dans leurs recherches.

Une communauté unique dans l’île

Il suffit ainsi de s’abonner à la page Facebook de la voisinerie pour ne rien rater de tout cela !

Vous avez encore les volets fermés et avant même d’être sorti du lit, vous voulez savoir quel temps il fait dehors ? Le soleil vient vous dire bonjour sur la page de l’association.

Pourtant les enfants comme les parents de la ZUP sont loin d’être le nez collé sur leur portable, et la télé n’est pas allumée à longueur de journée. Les activités ne leur en donnent pas le temps. C’est beaucoup mieux de se retrouver entre copains, copines, papas, mamans, comme avant ! Cela permet aussi d’apprendre.

Par exemple : les jeans trop petits ne se jettent surtout pas. Il suffit juste qu’ils prennent la direction du vestiaire de la Voisinerie là où d’autres pourront les acheter à moindre coût. Ils sont déchirés ou passés ? Personne ne s’en débarrasse non plus ! On apprend à les transformer en beaux dessus de lits ou en tapis de jeux pour les plus petits !

«Deux ans de citoyenneté»

La SHLMR dont les immeubles sont directement concernés soutient l’Académie de l’égalité des chances qui porte la voisinerie née il y a un an et demi. « Chacun a un potentiel, un talent. C’est notre devise. C’est à partir de là que chacun peut se réaliser. Nous mettons tout en œuvre pour cela…»

Les équipes de Soraya Araux travaillent à essaimer cette expérience ailleurs. « L’Académie de l’égalité des chances emploie six personnes et de nombreux intervenants. Nous ne sommes pas pour faire grossir la structure avec des emplois. Chacun à une idée, une proposition. On l’aide à cheminer avec ce projet ».

Il a fallu ce que Soraya appelle « deux ans de citoyenneté » à Viviane et Marie pour créer leurs activités. « Elles ont toujours été présentes, elles ont appris à structurer leurs potentiels. Depuis le début de l’aventure, Viviane voulait sa boutique solidaire et Marie ses jardins potagers autour des immeubles… » Elles les ont eu. Avec leur propre emploi en prime.

«Je suis d’abord profondément réunionnaise »

« J’ai l’impression – modestement – ajoute Soraya, d’être utile et j’apprends tous les jours quelque chose. Tout cela a tellement de sens…»

Soraya Araux rayonne quand elle avoue ne pas « sentir » ses 50 ans tant les habitants de la ZUP N4, la voisinerie et ses équipes de l’Académie pour l’égalité des chances la portent ! Native de Saint-Paul et passée par l’Entre Deux, elle explique surtout être « d’abord profondément réunionnaise. » C’est avec l’ACRA, l’Association Réunionnaise de Cours pour Adultes et le défunt Michel Decotter, qu’elle fait, à 22 ans, ses débuts dans le milieu social. « Les gens que tu rencontreras, tu ne vas pas seulement leur apprendre des choses mais ils vont aussi t’en apprendre m’ont expliqué les équipes de l’ARCA. » Elle n’y avait pas forcément pensé en se plongeant dans le milieu de l’illettrisme comme formatrice. Soraya Araux sera ensuite Coordinatrice d’insertion à la ville du Port, responsable des projets de recrutement en matière de clauses d’insertion avant de devenir chef de projets et de piloter l’Académie pour l’égalité des chances.

Commentaires

Publicité