Raymond Lauret-Stepler : “ À l’époque nous étions loin de tout ”

0
122

Raymond Lauret-Stepler a été une figure des années 70 dans le monde du karaté. Une figure et un vrai tempérament. Aujourd’hui à 70 ans, il se consacre toujours à son autre passion, le vélo. Il vient de boucler les 226 km du dernier tour de l’île cyclo en 8h35.

 

Quelques mots sur votre parcours sportif, vos titres ?

« En 1970, j’ai eu la responsabilité de la section karaté de l’association sportive universitaire de Montpellier, et en 1972 j’obtiens le titre de champion dans ma catégorie des moins de 70 kg. De retour à La Réunion, j’ouvre une section karaté au stade Lambrakis au Port avant d’enseigner à la Cour des Arts à Saint Denis et j’obtiens un titre de champion de karaté technique. Je mets alors en place des structures dans presque toute l’île : le premier karaté club au Tampon, à Hell-Bourg etc. Par la suite je me lance dans le karaté contact puis la boxe américaine poings pieds. Je lance alors le Comité de boxe américaine entouré de C. Jadaut , G.Philipot , F. Deletre. J’ai fait ainsi venir sur l’île des grands noms pour former nos jeunes avec D.Valera , F. Didier , S.Chouraki. Ensuite, j’ai eu l’honneur de mettre en place la première fédération de boxe américaine a l’île Maurice. Enfin, j’organise plusieurs championnats d’Europe et du monde. »

Qu’est ce qui a changé à La Réunion entre le sport de votre époque et celui d’aujourd’hui ?

« Les moyens financiers et les structures régionales qui permettent des échanges avec la Métropole. À mon époque nous étions loin de tout. Il n’existait pas d’organismes permettant les échanges avec la Métropole et il y avait peu de structures sportives. »

Qu’en est-il de votre discipline ?

« À l’époque, nous n’avions aucun dojo régional, peu de rencontres avec l’extérieur, il n’y avait pas de participation aux différents championnats de France. »

Vos regrets dans ce que vous voyez aujourd’hui ?

« Aucun, je faisais avec ce que j’avais, il fallait inventer et j’ai pour philosophie de ne jamais ni regretter ni juger le passé. »

Quand et pourquoi avez-vous quitté le monde sportif ?

« J’ai quitté le monde sportif en 1996 pour des raisons personnelles. Je poursuis ensuite ma carrière professionnelle et m’engage dans la préparation de l’agrégation de physique chimie. »

Comment avez-vous repris le sport ?

« J’ai repris le sport par le vélo. Le vtt dans un premier temps pour enfin me livrer à fond dans le vélo de route. J’ai fait trois tours complets de l’île dont le dernier Cyclo Run. »

Un coup de cœur à donner ?

« Voir tous ces champions que la Réunion fournit à la Nation. »

Que feriez-vous pour améliorer, valoriser le monde sportif à La Réunion ?

« Je pense que les hommes et les femmes de la Réunion ont tous les atouts en main pour valoriser le sport et qu’ils le font bien. »

Quels sont les sportifs qui vous ont inspiré à La Réunion ?

Moi ! (ndlr : rires). Plus jeune, j’adorais déjà le cyclisme alors je pense à Gabriel Chefiare (double vainqueur du Tour de la Réunion).

© Crédits photo : Guy Leblond

Commentaires

Publicité